L’OPPORTUNITÉ D’UN ÉTAT TOUAREG SOUVERAIN ET INDÉPENDANT

2012-2013

La première rébellion touareg contre l’armée malienne a déjà eu lieu en 1963. Ce n’est
qu’après de nombreux soulèvements qu’ils ont pu arracher au pouvoirs successifs quelques concessions. Pourtant, ces promesses n’ont jamais été concrétisées et rien n’a mis en oeuvre pour rendre à ce peuple du nord du Mali sa dignité. Début 2012, les rebelles touaregs du MNLA (Mouvement National de la Libération de l’Azawad) lourdement armés venant de libye, débarquent au Mali dans l’intention de reconquérir l’Azawad qui signifie “la terre de transhumance”.

La zone, contrôlée par les Touaregs indépendantistes reste extrêmement dangereuse du fait de la présence de groupes de narcotrafiquants et de djihadistes islamistes, d’Ansar Dine, MUJAO et d’El Qaida sur le terrain.

Le mouvement touareg essaie de maintenir ses positions dans la région de l’Azawad qu’ils réclament en vain depuis un demi-siècle.

Pour la première fois dans l’histoire de la rébellion touareg, des femmes ont décidé de prendre les armes. Dans la société touareg, les femmes bénéficient d’un statut inégalé : détentrices des savoirs et des richesses, elles sont les gardiennes des traditions.

Dès lors, leur implication récente dans le conflit militaire est le signe d’une nouvelle évolution de la rébellion.

Le MNLA a finalement proclamé un État indépendant nommé Azawad. Aucun pays n’a reconnu cette proclamation, plusieurs mois plus tard, le conflit a connu d’autres revirements.

This website uses cookies to improve your experience. Cookie Policy

Content is protected. Right-click function is disabled.